Déclaration de la CGT lors de la réunion du CE du 10 Aout 2017 concernant le processus d’information/consultation sur la politique sociale, les conditions de travail et l’emploi « bloc 3 »

Déclaration de la CGT

A titre liminaire, avant de nous prononcer sur le fond de cette consultation, je voudrais rappeler  que le processus d’information-consultation sur la politique sociale, les conditions de travail et l’emploi, dit « bloc3 » est absolument primordial pour appréhender les enjeux sociaux de l’entreprise, tels que notamment le bilan social ; les conditions de travail ; l’emploi et les qualifications ; le programme de formation ; l’apprentissage et les conditions d’accueil en stage ; les congés, l’aménagement du temps de travail et la durée du travail ; l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Il s’agit donc d’un temps fort pour le Comité.

Jusqu’à l’entrée en vigueur de la loi dite « Rebsamen », ces thématiques donnaient lieu à plusieurs rendez-vous d’information-consultation qui s’étalaient sur toute l’année, compte-tenu du très vaste champ des sujets traités. Désormais, cette évolution législative regroupe ces thèmes en une seule et unique consultation…Mais regrouper les thèmes de consultation ne signifie pas unicité du temps. Si tel était le cas, le législateur n’aurait pas hésité par la même occasion à réduire  en conséquence le nombre des réunions annuelles. Bref, simplifier n’est pas synonyme de bâcler !

Assurément, la volonté du législateur est claire : simplifier le dialogue social, et ce, prioritairement par le truchement de la négociation collective pour adapter les séquences des thèmes et le calendrier en vue de les articuler éventuellement avec les thèmes de négociations.

Force est de constater que la Direction HELPLINE n’entend pas s’inscrire pas dans cette volonté, tout comme sur la possibilité de négocier un accord encadrant l’usage de la BDES. Nous déplorons d’ailleurs qu’elle n’applique strictement la loi Rebsamen que sur certains points et en occulte volontairement d’autres…

Là-encore le « je-m’en-fiche », semble être de mise.

S’agissant du constat de ce que l’on appelle « la politique sociale et conditions de travail et de l’emploi » au titre du précédent exercice, celui-ci ne diffère pas des précédents, bien au contraire !

En effet, à l’instar des années précédentes, la Direction reste fidèle à sa politique de rémunération très limitée et inégalitaire au profit d’une petite minorité de salariés.

L’éventail des rémunérations s’élargit davantage malgré la multiplication des classifications des métiers qui n’ont de raison d’exister que pour masquer les inégalités salariales.

Une participation au résultat  obéré par le poids de la sous-traitance groupe et l’accumulation des capitaux propres rendant ainsi son montant anormalement dérisoire et surtout en net décalage avec les performances économiques.    

Le recours opportuniste aux emplois précaires (CDD, intérim) et dont la justification légale nous laisse perplexe, se poursuit.

Le bilan de formation affiche un effort en trompe l’œil dont le ressort exclusif n’est que de palier une politique de recrutement au rabais. Du reste, le développement et la gestion des compétences sont gérés par le turn-over dans une logique d’économie de masse salariale.

En parallèle, la Direction continue de se gaver d’aides publiques comme le CICE et la réduction des cotisations sociales rendues possible grâce à la quasi-smicardisation des salaires.

En définitive, la politique sociale à Helpline, que ce soit la promotion de l’égalité professionnelle, ou les mesures en faveur des travailleurs en situation de handicap ou encore la gestion des parcours professionnels, n’ont d’existence réelle qu’à  travers les campagnes de marketing orchestrées sur les réseaux sociaux.

Dès lors, la CGT ne peut cautionner ce fonctionnement qu’elle dénonce depuis des années et que la Direction balaye d’un revers de la main en arguant que c’est une interprétation. Nous notons cependant qu’années après années, et rapports d’experts après rapports d’experts, ces conclusions semblent être partagées par d’autres.

Merci de votre attention !

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *